noscapsaventures.com

Aller au contenu

Menu principal :

Récits > ASIE > Thaïlande 2018





NosCapsAventures

VOYAGES à la découverte du monde












Le 3 janvier 2018: 11h30 par Luc

Changement de sacs et changement de Cap ! Nous allons explorer des routes et des sites qui ne figurent pas dans les guides. Au départ de Ubon Rachatani
en direction de Chiang Rai dans le nord. Puis nous découvrirons les fonds au large de Ko Tao et peut être d'autres îles...
lI y a 3 jours nous échangeons quelques sms avec un ami qui vit en Thaïlande et la décision est prise, nous allons faire un bout de chemin ensemble !

La Thaïlande va encore nous surprendre, nous en sommes persuadés et nous savons que nous allons régaler nos papilles.
Alors pour en savoir plus, suivez nous...


3 Ans Plus Tard...Retour En Thaïlande







DE L'EST AU NORD EN PICK-UP : Des vacances avec une famille Thaï par Sandrine

Après 8 ans, nous revenons dans cette région de l'Est, la première fois c'était à Surin.
Fifi nous attendait comme prévu à l'aéroport de Ubon Rachatani avec sa petite famille, présentation Tiwi sa femme et Nuna sa jolie petite fille de 8 ans dans le hall.
On a encore la tête embrumé par le voyage. Après avoir enchaîné 2 avions de la Qatar airline qui nous ont contraint à faire nuit blanche, on arrive à Bangkok vers 12:30 heure locale. Il a fallu ensuite passer de l'aéroport international à l'aéroport domestique. Heureusement il y a une navette bien pratique, puis attendre 18h pour redécoller.
Mouhai, on peut dire que je ne sais plus vraiment ou j'en suis quand on a mis définitivement pieds à terre, et c'est avec un double bonheur que je me plonge dans le lit du super hôtel grande classe que Fifi a dégoté, le Bliss.
 
On roule dans le beau pick-up Isuzu gris jusqu'au village de Tiwi. Toutes les enseignes sont écrites en Thaï, difficile de s'y retrouver pour nous. Le coin n'est pas touristique. La famille vie regroupée sur le même terrain mais chacun dans sa maison, avec les grands parents, les parents, les frères et les sœurs, les enfants. C'est le meilleur moyen pour partager les biens et les corvées. Il y a une très grande entraide et tout le monde est soudé. C'est le vrai clan familial, ainsi fonctionne les familles thaïlandaises. Chacun ses terres, ses animaux, ses cultures, sa ferme mais tout le monde donne un coup de main quand c’est nécessaire. Nous faisons le tour du propriétaire au milieu des champs de riz coupés et asséchés (la récolte vient de finir), le paysage au moment du coucher de soleil retient notre souffle.
La famille tient un stand de nourriture au marché aux bœufs. C'est l'occasion pour nous de découvrir cette ambiance si particulière du commerce des vaches, un gros marché et finalement le "travail" du compte épargne des paysans. Nous découvrons des spécimens magnifiques, très grands et fiers avec leurs très longues oreilles. Ces bêtes sont splendides. Elles se vendent de 2000 € jusqu' 10 000€. Elles remplacent le compte en banque et la richesse d'un homme se voit à son cheptel. Il achète engraisse et revend un animal en faisant une petite plus-value qui le fait vivre.
Contrairement à nous, ici le temps de travail ne compte pas, l'important c'est la tâche accomplie, peu importe l'effort fourni. Ainsi la famille s'affaire de façon solidaire sans compter et se soutient. On est très loin de notre système individualiste. On découvre, on apprend, on essaye de comprendre ce mode de vie si différent du nôtre.
Mais il est temps de partir pour le Nord tous les 5. C'est l'occasion pour Tiwi de lâcher prise sur sa position d'aîné de la famille et de prendre de vraies vacances.
Nous montons à Chiang Rai en 3 jours de voyage. Le premier jour nous fait traverser l'immense grenier à riz de la Thaïlande, c’est le plat pays. Ce n'est pas la meilleure période, le paysage est au repos, les rizières sont vides aux couleurs ternes. Ce doit être beau quand les champs se recouvrent du vert pomme des plants de riz. Nous passons la première nuit à KHON KAEN au bord d'un lac. En fin de journée le marché s'anime dans les ruelles aux maisons en bois. Tout fait envie, les légumes sont bien verts, les fruits frais et la spécialité de la région est suspendue : de la cochonnaille et des saucisses !
Le deuxième jour prend du relief avec la montagne et des routes sinueuses. Nous traversons le parc de Nam Nao qui nous met en garde de "traversée d'éléphants sauvages". Bon évidemment, on n'en a pas vu un !
Nuit à SUKHOTHAI, ancienne ville impériale et repos au bord de la piscine d'un agréable resort.
Le troisième jour commence avec la visite en vélo, tous les 5, des ruines du parc historique. Vieilles pierres, bouddhas, colonnes, se détachent dans cet immense jardin paisible. Une balade vraiment agréable, enfin jusqu'à ce que la chaleur devienne écrasante dès 10h du mat.  
Le reste de la journée de route nous amène à LAMPANG, encore un petit coin de nature dans un resort et un village très propret. Ça nous saute aux yeux tellement c'est peu habituel.
Au 4ème matin, on fait une petite balade dans la forêt à côté, histoire de se dégourdir les jambes, au grand étonnement de Tiwi qui ne comprend pas l'intérêt de marcher "pour rien", elle n'a pas tord. Ils sont bizarre ces farangs  !  
Après s'être remis au frais dans la voiture et plusieurs heures de route, nous arrivons enfin à CHIANG RAI.
Nous arrivons juste à temps pour visiter l'étonnant temple blanc Wat Rong Khun. On dirait une grosse meringue satinée. Tiwi, Fifi et Nuna font un vœu en accrochant chacun un beau cœur en aluminium parmi des milliards d'autres cœurs, carrément impressionnant ! Nous nous abstenons, trop tentant de le rapporter à la maison tellement c'est joli. On préfère observer.
C'est notre dernière soirée tous ensemble. Je sens déjà mon cœur se serrer. Nous avons appris à nous connaître, à vivre ensemble et nous avons passé de joyeux moments. Fifi et Tiwi ont fait leur maximum pour nous faire plaisir et la petite Nuna a su nous charmer, même si nous n'avons pas réussi à la faire parler en français. Pourtant elle comprend bien.
Nous avons repris notre liberté au cœur de Chiang Rai mais la chaleur a été remplacée par un froid inattendue. Nous sommes obligés d’acheter des vêtements + chauds tellement le thermomètre descend, je dirais autour de 10 degrés ! Nous n’avons que des Tshirts pour nous couvrir. Nous restons 2 jours, le temps de s’organiser, l’idée est de partir en scooter pendant 4 jours dans la montagne et au bord du Mékong dans le triangle d’or, tout au bord de la Birmanie et du Laos. On vous racontera tout ça dans quelques jours… C’est parti ! Vive l’aventure.

Voir l'album photo, cliquez ici


Le triangle d'or en moto MYANMAR & LAOS

BOUCLE DE 4 JOURS EN SCOOTER (440km) : A la découverte de l'histoire de l'opium par Sandrine

 
On pensait innocemment partir 4 jours en balade en scooter dans le triangle d'or. Région dont la réputation était devenue légendaire mais qui n'avait  (heureusement) plus rien à  voir maintenant. A cause de la culture du pavot et des trafiquants d'opium,  c'était un noman's land. Tiens ça me rappelle un peu la même  histoire en Colombie avec la cocaïne... On y trouva bien plus que cette ancienne terre interdite que nous ne soupçonnions même pas.  Je vous raconte.
Le circuit commence par MAE SALONG,  pour nous un village d'immigrés  chinois où  tout est écrit en chinois et la route pour y aller est belle. Oui la route sillonne et monte dans la campagne nous révélant des champs d'ananas et les plantations de thé bien ordonnées. La route grimpe en étroits virages en épingle et plus on monte plus il fait froid !  On est vraiment surpris de voir tous ces théiers. En fait le thé de Mae Salong est excellent et bien connu... sauf de nous, mais ça c'était avant. Le village est effectivement couvert d'inscription dorée sur fond rouge. La journée s'est finie encore à notre grande surprise  dans une auberge cachée dans un village isolé de minorité Akha (nous l'avions réservé sur booking). Il est en pleine nature avec une vue sur les vallées et un froid de canard ! Sérieux nous sommes en pleine vague de froid, et l'établissement n'a aucune pièce fermée. Bref c'est l'occasion de rencontrer les Akha dans leur tenue traditionnelle et d'échanger qq sourires.
2me jour DOI THUNG : pour nous c'était une montagne, avec la villa et le jardin de la princesse mère (soeur du feu roi, elle est décédée en 1994) à  visiter et des temples, ça n'allait pas plus loin que ça. La route est toujours aussi sinueuse et traverse des forêts (ou il fait encore froid et humide, mais on est en Thaïlande ou quoi ?) Le routard avait écrit éviter le dimanche. C'est justement pile poil dimanche ! Pas fait exprès, hasard du calendrier. Un grand marché coupe la route, trop chouette avec bcp de produits locaux et d'agréables cantines ou l'on mange assis par terre. Tout est aménagé pour les touristes, surtout des thai, et franchement c'est sympa avec tous ces gens. Bon la visite du jardin est décevante. En revanche la visite de la maison chalet en rondins de bois de la princesse est passionnante. Nous apprenons à apprécier sa personnalité. Elle contribua à la reconversion des paysans de la région qui cultivaient le pavot, (exploités par les trafiquants) en leur transmettant son amour des fleurs. Le climat tempéré leurs convient parfaitement (d'où le jardin plein d'impatiens, de géraniums, de dahlias... rien de nouveau pour nous, des plantes venues d'ailleurs pour eux). Puis l'artisanat à vendre, la conservation des traditions, l'école, les soins etc. En face de son balcon orné d'éléphants en bois sur le bas relief de la balustrade, on voit le Myanmar.
On comprend mieux l'importance et la symbolique de Doi Thung. Satisfaits d'être passés par là, et de voir enfin le soleil réapparaître.

Nous poursuivons notre route jusqu'à MAE SAI, le long de la border line, ligne de bitume sur une crête servant de frontière naturelle entre les forêts Birmanes et thai, panorama à perte de vue, lacet de la largeur d'une voiture par endroit et encore aux virages serrés. Les points de vue nous laissent rêveurs.
Repos bien mérité et au calme dans cette ville frontière si frénétique. Et on retrouve enfin la chaleur d'une chambre cosy.                               
Le poste frontière côté thai est bordé de marchands, l'activité bas son plein et il y a un paquet de monde qui circule entre les deux pays. En revanche,  nous,  étrangers,  nous  n'avons pas le droit de dépasser la ville frontière birmane.  Ce n'est pas une porte d'entrée pour le Myanmar.
Alors on reprend la route direction le point touriste que les opérateurs ont appelé le triangle d'or. C'est un point de vue au bord du Mekong sur les 3 frontières Thai  Laos Myanmar. Évidemment on retrouve tous les stands de babioles, bouddha et arche pour justifier les photos de la clientèle des bus. N'empêche que nous avons fait pareil car comment mieux immortaliser ces frontières abstraites à  l'oeil ? Pour nous, ça symbolise aussi tous les paysages, les vallées,  les villages que nous avons traversés au sein du triangle d'or.               
Ce qui nous a attiré surtout jusque-là c'est le musée de l'opium qui se trouve à qq km. Ce musée va faire le lien avec tout ce qu'on a vu pendant ces 4 jours. Il nous éclaire sur la culture du pavot et comment la pâte de l'opium est obtenue. A l'époque les chinois étaient les + gros consommateurs. Lors de la colonisation des anglais la culture du thé est importée et lors des échanges commerciaux l'opium circule dans les cales de bateau. L'Angleterre, n'ayant plus les moyens de payer le thé si indispensable à son quotidien, veut se servir de l'opium pour se financer. Engendre la guerre de l'opium entre l'Angleterre et la Chine. Puis arrive la période de la chasse aux stupéfiants, comme en Colombie, les US via la CIA Interviennent. Les paysans du triangle d'or libérés du joux des trafiquants se reconvertiront avec l'aide de la princesse de la Thaïlande en d'autres cultures. Entre temps nos médecins se serviront de l'opium pour obtenir la morphine, anti douleur puissant. Et voilà le lien est fait entre les cultures de thé, le site de Doi Thung,  la villa de la princesse,  l'opium et le triangle d'or. Que l'histoire est passionnante.
On s'arrête à CHIANG SAEN pour digérer tout ça. Belle étape tranquille au bord du Mekong,  peu touristique. On a adoré les petits stands de rue sur le large quai qui propose du poisson grillé à manger assis par terre sur des nattes. Vraiment cool. En plus  on a trouvé une guesthouse toute neuve au gentil accueil.

4 ème jour, retour sur Chiang Rai mais d'abord nous longeons le Mekong pour le plaisir de la vue et encore de jolis paysages vallonnés jusqu'à CHIANG KHONG. On y arrive juste a midi pour la pause déjeuner. Depuis le bord du Mekong nous revoyons le passage de frontière que nous avions fait d'ici jusqu'au Laos en traversant en barque en 2009. C'est l'occasion de se rappeler tous ses bons souvenirs. En tout cas, on est content d'avoir dormi à  Chiang Saen, c'est plus agréable que Chiang Khong. Le reste de la route est longue 109 km et moins spectaculaire. Elle est bordée de rizière mais comme c'est la période où la terre est au repos,  ça manque de couleurs.
Enfin nous rentrons  à  Chiang Rai sans encombre  (juste une petite erreur de navigation et 40km sur l'autoroute). On peut dire que dans l'ensemble il y a eu très peu de circulation  sauf à la sortie de Chiang rai le premier jour.  La conduite est vraiment « safe » et sur de bonnes routes asphaltées.  
A l'arrivée, une nouvelle expérience m'attend, comme une récompense... mais chat c'est une autre histoire.


BAR A CHATS :
 
J'attendais ce moment avec impatience. Et même s'il a fallu choisir entre un massage  ou le "Cat'n cup" devinez ce que j'ai choisi sans hésiter ? Impossible d'y traîner Luc. Pourtant ce bar à chats est incroyable, les chats sont plus beaux les uns que les autres et de race différente, au poil doux et soyeux. On s'assoit par terre sur des coussins devant une table basse. Et pendant qu'on sirote tranquillement les chats circulent librement, reniflent vos affaires et il semble qu'ils prennent un malin plaisir à se coucher dessus. Contrairement à l'objection de Luc,  ça ne sent pas du tout le chat (ni leur caisse), j'ai adoré ce moment. Luc est quand même entré héroïquement dans "l'arène" pour venir me chercher. C'est un bon début.
3 Commentaires

Virginie Ott
2018-01-12 18:16:48
Waouh quel beau début de parcours!
Thebunet
2018-01-22 17:40:04
Coucou, très interessants tes commentaires Sandrine, on en apprend beaucoup sur l'histoire de l'opium. Vous avez dû vous régalez en découvrant tout cela.
Je vois que Luc est toujours aussi réfractaire au chat.. C'est parce qu'il a peu que tu repartes avec un planqué dans le sac.... LOL
Bonne continuation. Bises de nous deux
Sandrine & Luc
2018-01-23 08:52:45
@ thebunet, mdr tu as tout compris ! Ils étaient tellement beaux tous ces chats. Le plus difficile aurait été d'en choisir un seul ! 😆




Dix langues qui affirment ne valent pas deux yeux qui voient.
Proverbe Thaïlandais
@copyright noscapsaventures All rights reserved 2017
Retourner au contenu | Retourner au menu