noscapsaventures.com

Aller au contenu

Menu principal :

Récits > ASIE > Philippines 2017

LES PHILIPPINES

________________________________

Île de Bohol

Notre paradis


 
 
Le voyage en bateau a bien eu lieu comme prévu, mais faut voir dans quelles conditions ! Finalement, j'ai regretté (comme certainement la plupart des passagers ce jour-là) que le départ ne soit pas annulé comme les jours précédents. C'est un petit bateau bien loin de la taille rassurante d'un ferry. Il prend la mer malgré le ciel menaçant et nous sommes balancés de gauche à droite, puis de haut en bas comme une coquille de noix pendant plus de 3h30. On dirait que le bateau décolle sur les vagues avant de retomber lourdement, je n'ai qu'une trouille c'est qu'il se renverse, le personnel naviguant court partout, la TV à écran plat se débranche sous une secousse et affiche un écran bleu. Au début, tout le monde rigole, on se marre on se croirait dans un manège de la fête foraine. Mais bien vite, les estomacs se rebellent. Le mal de mer me guette alors je ne quitte pas des yeux la ligne d'horizon qui permet de stabiliser mon estomac. Malheureusement à la nuit tombée, plus de ligne visible et comme la plupart des passagers je finis ma tête dans un sac plastique !  L'arrivée à Bohol est une libération.
 
Le hasard, partage d'un taxi avec un couple de Russe (Serguey et Olga) qui avait fait une réservation d'hôtel, nous fait arriver en pleine nuit sur la plage de "White beach", à 5km du centre touristique Alona beach sur la presqu'ile de Panglao. Le matin, c'est une révélation ! Découverte d'une longue plage de sable blanc, à l'état naturel, seulement joignable par une petite route d'ou seulement quelques maisons et établissements sont construits. C'est le paradis ! Le tourisme ne s'est pas encore développer ici. C'est très calme, sauf le we la plage devient très animée quand les philippins viennent en famille pique-niquer sous les abris aménagés et faire des barbecues. Ils se baignent tout habillés, Tshirt, short et ils s'amusent comme des enfants, ils deviennent les maitres des lieux. Donc pas de resto ni de bar, mais heureusement l'hôtel fait aussi une bonne table sous les cocolobas en bord de mer. Nous avons trouvé aussi à un quart d'heure de marche sur la plage une petite cantine locale terrible qui fait des grillades, poissons et travers de porc, sans oublier l'immanquable jus de mangue. Là, on est bien tintin !
 
Pour compléter notre équipement et prendre un peu de liberté, l'hôtel nous loue un scooter. On ne pouvait pas rester à faire de la plage, surtout que Bohol est aussi réputé pour ses paysages intérieurs. Alors on se lance, collés l'un contre l'autre sur notre 2 roues sur les routes bien goudronnées. Bon, passons sur le fait que l'on a tourné en rond à en perdre notre sens de l'orientation dans la presqu'ile de Panglao avant de trouver enfin la sortie en direction des Chocolate Hills. En route, on s'arrête à Corella au petit centre de préservation des petites boules de poils si fragiles et si attendrissantes, que l'on appelle les tarsiers.

Ils ont de grands yeux ouverts plein d'innocence et s'accrochent à leur branche cachés sous les grandes feuilles.
La visite se résume en une petite balade à 4 ou 5 dans les sous-bois avec un guide. Interdiction de faire du bruit, de bouger les branches, encore moins de les toucher et surtout pas de flash. Ce sont des animaux très fragiles, ils sont vite stressés par toute perturbation et meurt en cage. Alors c'est un moment privilégié de pouvoir les voir, mais trop, trop court.   
 
Passez ce moment de silence, magique, on repart en direction de Carmen. La route est belle et longue... mais l'arrivée par la man made forest est spectaculaire ! La vue sur les multi-sommets des chocolate hills fait oublier la foule qui nous entoure, point touristique incontournable oblige. Cette formalité vite expédiée, on prend plaisir à parcourir les routes entre les collines, le long d'incroyables rizières jusqu'au bord de mer à Jagna. C'était un bon choix de faire cette boucle en scooter mais elle a été bien plus longue que l'on pensait : 250km, on arrive à notre hôtel juste à la tombée de la nuit, fracassés. Quelle journée ! Demain, plage pour s'en remettre c'est sur.













ECRIT PAR  SANDRINE
FEVRIER 2017


Remis de nos émotions, il restait à faire nos dernières plongées sous-marine depuis ce spot très réputé. Avec BayWatch (centre philippin à l'organisation olé olé quand même !) et un petit groupe de français expatriés à Manille, aux abords de l'ile de Balicasag.
Malheureusement, la journée couverte n'a pas donné toutes ses chances à ce site. Encore une mer extrêmement agitée pour se mettre à l'eau qui rend toujours l'expérience acrobatique. Mais cette plongée a été quand même l'occasion de voir d'immenses bancs de gros poissons (les jack-fish) et de poissons "grandes gueules" argentés qui tournent autour de nous. A peu de profondeur, la petite faune de poissons colorées et des coraux sont facilement accessibles et nous émerveillent toujours autant. Les tortues sont là aussi. Mais j'ai trouvé que la seconde plongée le long du mur est sombre et sauf d'incroyables gorgones géantes, je n'ai pas vu grand chose. Ha si, j'ai enfin vu un nudibranche, celui-ci tout bleu, c'est une sorte de toute petite limace qui rivalise de couleurs vives. J'en ai souvent vu dans les blogs de plongeurs mais il semble qu'il soit plus rare ... ou alors je n'ai pas encore l'oeil assez affuté.


Encore une journée à profiter de notre paradis, plage, bronzette, snorkeling. Ca va être vraiment difficile de partir. Bohol nous salue le dernier soir avec un magnifique arc-en-ciel sur la mer.
 
Sans transition, plutôt brutal et morose retour à Manille en avion, ça sent les vacances qui se terminent.

BlogNoscaps: Laissez vos commentaires

Aucun commentaire
@copyright noscapsaventures All rights reserved 2017
Retourner au contenu | Retourner au menu