noscapsaventures.com

Aller au contenu

Menu principal :

Récits > ASIE > Vietnam 2014

Hué
Citadelle et tombeaux classés patrimoine de l'Unesco

De 19h30 à 8h50 le lendemain, le train couchette, nous a porté dans son balancement nonchalant jusqu'à la petite ville impériale de Hué.
La ville a peu de charme à première vue mais finalement quand on apprend à la connaitre, elle dévoile ses atouts. Il y a des kms de jolis jardins et d'espace aménagé le long de la rivière, la journée des groupes y font du sport, le soir les jeunes s'y retrouvent en groupe ou en amoureux. Après avoir franchi le pont de fer au dessus de la rivière des parfums, nous découvrons l'ancienne cité des empereurs, entourée de 2 remparts, et un 3ème qui protégeait la cité interdite. Une partie a été détruite par les attaques françaises et américaines, mais elle reste bien conservée et bien restaurée. C'est un vrai havre de paix, avec des jardins, des salles et des couloirs de peinture rouge et or, un magnifique théâtre, des vieux murs et des lacs.
La campagne hors de la ville est aussi l'occasion d'une belle escapade en moto. De tombeaux impériaux perdus dans la verdure, à la pagode de la dame céleste, le plus romantique fut le petit pont couvert de Thanh Toàn. A 8 km de la ville, il n'est pas facile à trouver, la route de béton serpente au milieu d'immenses rizières inondées. Un homme ramène pour la nuit ses canards depuis sa barque, on croirait un rêve.

Voir l'album photos de la CITADELLE de Hué  


Voir l'album photos des TOMBEAUX de Hué  

Hoi An
Classée aussi par l'Unesco, lanternes et maisons traditionnelles

L' hôtel Phuoc An où nous avons ouvert nos sacs est dans une ruelle bétonnée étroite sans trottoirs et sans vraiment de cachet, mais il est très confortable et l'accueil de la rue est sympathique. Hôtels et restaurants s'y font face entre quelques maisons et ateliers ouverts. C'est avec les vélos prêtés par l'hôtel que nous découvrons la vieille ville et ses jolies petites rues bordées de maisons aux murs jaune-passé et aux balcons en bois noir (plus de 600 maisons répertoriées par l'Unesco).
En se rapprochant de la rivière qui traverse la ville, le nombre de petites boutiques augmente et d'innombrables magasins pour touristes se succèdent. De jolies restaurants ou bars nous invitent à la nonchalance et de belles boutiques au shopping. Malheureusement l'œil est pollué par tous ces artifices, et on en oublie le merveilleux cadre dans lequel nous évoluons. Il faudrait faire un peu le ménage !

N’empêche que la pause à Hoi An s'impose ! En plus des visites de ces anciennes maisons, des temples, et du fameux pont couvert Japonais, la plage est à seulement 3 kms facile à rejoindre en vélo. Enfin, encore faut-il s'y précipiter pendant une éclaircie, le soleil se fait rare. Nous ne quittons pas nos ponchos qui servent régulièrement ... Luc a déjà acheté son 3ème. Pas très solide le "made in Vietnam".
La ville est aussi réputée pour ses tailleurs, alors Sandrine avait amené 2 robes à copier. La tournée des boutiques et le choix des tissus, nous aura bien pris une petite matinée, mais c'est un vrai plaisir. Le lendemain, c'est enfin la découverte. Malheureusement c'est la déception pour Sandrine, il n'y aura qu'une seule robe de faite, pour l'autre, ils n'avaient plus assez de tissus pour la réaliser (glup's). Tant pis, c'était quand même une belle expérience à faire. Luc s'en sort mieux, il repart avec un super pantalon de baroude 2 en 1 à sa taille.

Avec Mickael et Marie Ange que nous avions croisés à Hué, nous découvrons le soir les rues du vieux quartier toutes illuminées de lanternes multicolores en tissus, suspendus sous les arbres ou aux devantures des commerces. Nous marchons le nez en l'air et les filles complètement émerveillées, auraient bien ramené chacune quelques lanternes à la maison.

Nous avons pris le temps de nous reposer pendant ces deux jours et de ralentir le rythme qui nous avions dans le Nord avec baignade, massage, et bonnes tables. A faire absolument le Bale Well
, gargote rustique, avec un menu unique où une vietnamienne rondouillarde nous montre comment roulé nos bành Xéo.

17h30 départ en bus couchettes, tiens, nous ne l'avions pas encore essayé ce moyen de transport de nuit. On ne peut pas dire que ce soit d'un grand confort, il vaut mieux être petit pour tenir allongé sur son "lit", ne pas avoir le mal de mer car ça ballote sévère, et ne pas craindre les coups de klaxon incessants du chauffeur.  

Voir l'album photos

Nha Trang
Ville balnéaire mi-viet mi-russe !

Drôle de station balnéaire, avec ses buildings en front de mer, et une longue croisette comme à Cannes.
La ville est en pleine évolution, il y a des chantiers de construction un peu partout. Les enseignes et les menus sont écrits en viet, en anglais mais aussi en russe. Par moment parmi tous les touristes russes, nous ne savons plus très bien dans quel pays nous sommes vraiment !

Bref, l'important c'est que nous avons retrouvé le soleil ! Yes. Comme nous sommes arrivés très tôt en bus et un peu fatigués, il faut bien l'avouer, nous passons la journée sur un transat à faire bronzette et à manger des crustacés et des fruits vendus sur la plage. Nous revenons à notre hôtel tout dorés. C'est bon.

Requinqués, le lendemain, nous quittons ce "camps russe" pour visiter les environs en scooter. Direction la plage de Bai Dai, à 22 km, pas facile à trouver et après quelques détours, sur la colline du haut de la route nous l'apercevons, une longue bande blanche bordées uniquement de quelques gargotes. Tout ce qu'on aime, la plage est quasi déserte, juste des transats, de quoi manger un poisson frais au BBQ en regardant l'horizon. La journée se termine avec la lumière couchante sur les tours Cham de Po Nagar.

Voir l'album photos

Dalat
Hauts plateaux de cultures et de cascades

Nos oreilles se bouchent et le bus râle, pas de doute nous approchons de Dalat à 1500m d'altitude et ça monte ! Le chauffeur a des difficultés pour changer de vitesses jusqu'au moment où nous nous arrêtons au bord d'un champs de café. Il sort la trousse à outil, bricole un peu, il retend le câble d'embrayage et c'est reparti ! Ouf, nous avons du perdre seulement 1/2h. Dalat est désormais une petite ville de montagnes, où les immeubles et les hôtels ont poussé comme des champignons autour du lac.

En prenant le large sur notre scooter, nous découvrons que l'activité principale est l'agriculture et l'horticulture. Champs de choux, de carottes, d'artichauts, de salades se succèdent. Quand notre vue devient panoramique, force de constater que les collines vallonnées sont travaillées, nivelées, afin de permettre d'avoir un sol plat pour les cultures en plein champs ou d'installer d'immenses serres. La montagne se déboise, seul reste les forêts de pins comme à Ha Giang. Une forte odeur aigre parfois heurte nos narines, soit l'excès d'engrais, soit les tas de cosses de café abandonnés sur le bas-côté qui fermentent.
Cette balade nous amène jusqu'à la cascade de l'éléphant. L'entrée se situe tout en haut de celle-ci, alors il faut descendre jusqu'à son pied pour profiter vraiment du spectacle. La progression est périlleuse sur des rochers glissants et la boue, on ne peut pas dire que le cadre soit bucolique et toujours cette odeur aigre. D'en bas, nous confirmons qu'elle vaut effectivement le détour. Ce n'est pas comme la cascade de Cam Ly se trouvant en ville, entrée payante, et kitch au possible et charriant ses déchets. Le guide du routard nous avait prévenus, mais comme c'était sur notre chemin, nous avons voulu constater de nos propres yeux.

Dalat ne manque pas d'originalité. Parmi les visites, nous avons été atteints par la folie de la pension de Hàng Nga. On se croirait devant les maisons de Gaudi à Barcelone. A moins que ce soit la folie créée par des cars entiers de Russes qui envahissent les lieux. Comme il vaut mieux en rire que s'énerver, nous nous sommes amusés à les regarder pauser devant la moindre statue, le moindre escalier. C'est certainement parce qu'ils s'ouvrent au tourisme depuis peu.
Autre curiosité du même style mais à 5 km de Dalat et donc beaucoup plus calme, la pagode Linh Phùàc du village de Trai Màt. Nous voulions y aller avec le petit train à crémaillère mais nos horaires ne correspondaient pas, alors nous avons encore enfourché notre scoot pour nous y rendre. Quelle merveilleuse idée, en route, on voit dans la cours de l'école une estrade et les enfants qui y dansent. C'était une pause bien heureuse au milieu de tous ces écoliers. C'est l'avantage d'être autonome, nous pouvons nous arrêter quand l'opportunité se présente. Vraiment c'était trop chou.

Ha j'oubliais, autre activité kitch sur laquelle nous n'avons pas pu résister ... la balade en cygne pédalo sur le lac au coucher du soleil. Un pur moment de romantisme vietnamien.

Voir l'album photos


@copyright noscapsaventures All rights reserved 2017
Retourner au contenu | Retourner au menu