noscapsaventures.com

Aller au contenu

Menu principal :

Récits > ASIE > Laos 2012

Nous passons un court séjour à Muang Namtha dans une superbe guesthouse et un bon restaurant juste à coté, nous apprécions ce confort. Toutes les activités proposées sur place sont des treks dans la forêt … On connait déjà les « bonnes surprises » comme les sangsues : Pas envie d’y retourner ! Nous nous contentons de louer un scooter et de faire quelques kilomètres pour découvrir les villages proches et un stuppa en réfection.
Ce qui nous motive vraiment désormais, c’est de rencontrer les différentes ethnies.

C’est pourquoi nous prenons un bus le matin pour Muang Sing, nous aurions du nous méfier : 58km en 2h, il y a forcement un piège ! Et comme de bons « novices » on se retrouve au fond du minibus, avec un stock de 1080 œufs, secoués comme des pruniers tout le long du trajet, il faut préciser que les routes sont très mal entretenues, pour ne pas

Rencontre avec les ethnies
Sur les traces des Akhas
aux portes de la Chine

dire pas du tout, il fallait bien accrocher son estomac et ses mains.
A l’arrivée, 1079 œufs ont survécu à l’omelette, en revanche un œuf est tombé sous le coude de Luc …

Nous sommes tout près de la frontière chinoise, dans une toute petite ville au milieu d’une immense plaine. La rue principale est bordée d’anciennes maisons coloniales françaises en bois qui ont su garder leur caractère. Le matin la brune couvre le paysage mais rapidement le soleil prend sa place. Il fait très chaud la journée, en revanche dés que le soleil se cache, la petite laine est bien venue.



D
e bon matin, nous avons loué des vélos et acheté une carte de la région avec les différents villages selon leurs ethnies.

Devant nous  les locaux s’agitent comme des petites fourmis aux différentes échoppes ce qui contraste vraiment avec la

veille, évidemment aujourd’hui c’est lundi.

Nous voilà partis à pédaler le long des rizières sur les petits chemins de terre et
de pierres, entre les champs de bananiers ou de canne à sucre. C’est le dépaysement total !
Nous avons parcouru 2 boucles en 2 jours tellement c’était bien !
C’est la saison de la récolte du riz, les familles se retrouvent dans les champs, chacun son rôle à l’ancienne les fagots de riz sont battus puis ensuite fouettés pour ne pas perdre un grain. Il doit être 12h30 la chaleur est étouffante pour nous mais ils travaillent avec des vestes à manches longues et des foulards sur la tête ! Nous poursuivons notre route chaotique entre les rizières  jusqu’à traverser enfin des minorités, tout d’abord les villages Tai Lue, Akha, puis les villages Yao.


Les enfants nous réservent à chaque fois un accueil enjoué « sabbadee ! ». Les femmes de ces 2 dernières ethnies portent encore leur tenue traditionnelle avec leur coiffe, nous avons pu entrer en contact avec elles, mais certaines refusent d’être prises en photo (Superstition : Photographes= Voleurs d’âmes).

Un homme du village Akha nous invite à s’installer dans sa maison et nous propose de l’eau.

Arrive alors une femme Akha âgée, avec un bébé dans le dos, son chapeau traditionnel orné de pièce de monnaie de l’Indochine française. Elle chique (peut- être de la coca) sa bouche, ses dents et sa salive sont rouges mais ne semble pas la déranger et de façon très naturelle, elle crache à nos pieds. Rassurée, elle nous montre un énorme abcès sur sa jambe. Nous ne pouvons pas faire grand-chose à part désinfecter et lui mettre un

pansement. Il faudrait carrément ouvrir avec un scalpel … Mais ça ne fait pas parti de notre trousse de secours malheureusement.


Chez les Yao, les femmes portent un turban bleu marine sur la tête, elles font des broderies en point de croix d’une grande précision.

Nous avons rencontré une "ancienne" qui cousait un pantalon d’homme sur le pas de sa porte, elle nous a montré un petit album photo avec  des groupes de Yao en tenue traditionnelle, elle-même était habillée ainsi avec une sorte de grosse écharpe ronde en laine rouge.                                                                                                                                                                                                     



Nous avons traversé les villages d’autres ethnies mais difficile de faire la différence, il y a eu les Lolo,  les Hmong, les Tai Neua, les Tai Lue semblent toutefois plus riches plus ordonnés, avec de plus belles maisons.

Nous constatons un point commun : on trouve toujours une bière Lao bien fraiche !

@copyright noscapsaventures All rights reserved 2017
Retourner au contenu | Retourner au menu