noscapsaventures.com

Aller au contenu

Menu principal :

Récits > ASIE > Vietnam 2014

Circuit en moto dans le Nord
Loin des sentiers battus au Nord Est

Luc doit abandonner son rêve de conduire une Minsk bielo-russe, malgré les indications dans les guides, il n'y a plus en location dans Hanoï. Le loueur, à deux pas de notre hôtel, nous a dit qu'elles étaient trop souvent en panne et qu'il était difficile de trouver les pièces de rechange ou un réparateur dans les campagnes. En revanche, si nous le souhaitions nous pouvions en acheter une...
Depuis Hanoi, nous louons 2 scooters semi-automatique Honda 125cc. Rdv à 8h30 mais nous enfourchons nos motos qu'à 10h. Il a fallu installer les sacoches que Mr Hop nous prête gentiment, et au dernier moment il s'est rendu compte qu'il fallait changer les roulements sur la roue arrière. Enfin, c'est plutôt rassurant, nous partons avec une moto en bon état.
Il fait déjà chaud, en plus de la "haute" circulation pour sortir de Hanoï, on peut dire que l'on s'est pris une sacrée suée de bon matin.

Après 76km de trafic, la route devient agréable et peu encombrée, on prend légèrement de l'altitude, on ressent enfin la fraicheur et de bonnes odeurs de bois. Elle serpente au pied des montagnes, elle longe une rivière et des plaines de rizières. Elle traverse des villages ou l'on croise des canards blancs et des buffles guidés par les enfants. Le riz est mur, il passe du vert au jaune et déjà les ramasseurs sont au travail dans les champs. C'est tout simplement beau.

Le Lac Babé
Etendue d'eau verte et mystérieuse

Installés au petit village de Pàc Ngoi, dans une maison Thai sur pilotis, nous goutons à la tranquilité qui y règne. D'autres maisons sur pilotis bordent l'étroite rue principale, quelques mètres plus bas la plaine du lac semble finir ici en cultures et rizières. Les buffles ruminent, les femmes et les hommes travaillent au champ et les jeunes péchent au filet. Derrière en toile de fond les contreforts calcaires sont recouverts d'une épaisse végétation.

Ce village est parfaitement situé, il se trouve à l'entrée d'une petite route idéale en moto qui part à travers la campagne. Elle longe la rivière jusqu'aux rizières et petits villages jusqu'à une belle cascade et une grotte. Le chemin boueux devient sportif sur quelques kilomètres pour notre plus grand plaisir. Cette escapade en fin de journée intensifie le jaune de champs de riz bien mur, nous en prenons plein les yeux.

Nous ne pouvions quitter ce lac sans une petite "croisière". Nous partons avec un petit groupe de français pour 5 heures sur ses eaux calmes. Le lac est entouré d'une immense forêt vierge, sur les bords les racines s'entremêlent aux roches et l'eau est couleur verte. Cette balade nous permettra de visiter une grotte grouillante de cris de chauve-souris et de nous dégourdir les jambes jusqu'à une cascade. Malheureusement nous ne pourrons pas en apprécier toute sa beauté car il pleut et on peut dire qu'il fait légèrement froid.

Ce qu'il faut savoir...

Jusqu'a présent ni le permis de conduire français ni le permis de conduire international n'étaient reconnus au Vietnam en tant que tels : il était donc interdit aux touristes de conduire une auto ou une moto. Depuis le 1/12/2014 il semblerait que les choses aient changé (lire ici).
Enfin pour ceux qui s'y aventure, oubliez tout ce que vous avez appris sur le code de la route en France. Roulez doucement et prudemment, faites marcher votre instinct et surtout votre klaxon !



De Babé à Ha Giang
Doute et fabuleux chemins

Le tracé de notre parcours sur des belles routes de la carte routière (type route nationale) avec des étapes et un kilométrage approximatif, nous semblait parfait. La réalité est toute autre. Il a bien fallu changer notre itinéraire en cours de route car les routes sont en mauvais état, et les temps de parcours multipliés par deux.
C'est pourquoi, en chemin pour Cao Bang, nous décidons de raccourcir notre boucle. A Na Phac, nous faisons demi-tour, après une nuit dans une petite pension limite sordide pour rejoindre Ha Giang.
Pas de regret, le paysage le long de la route est magnifique avec une succession de virages. Nous prenons de l'altitude pour franchir plusieurs cols, attention pente à 12% ! Elle est déserte, et pour cause, on tombe finalement sur des kilomètres de travaux boueux de réfection de route. Il n'est même pas certain qu'un 4x4 puisse passer, c'est pour dire le chantier ! Au bout de quelques kilomètres, nous sommes quand même envahis par le doute : et si ce n'était pas la bonne route ? et si c'était une nouvelle route en construction ? et si elle finissait en cul de sac ? Malgré tout nous poursuivons, on verra bien.
C'est aussi l'occasion de rencontrer des villageois surpris de nous voir là, certains portent leur tenue traditionnelle. Ils appartiennent à des minorités, quelle ethnie ? Nous ne savons pas encore, il va falloir faire des recherches selon leur costume.
Cette longue, très longue "balade" nous fera arriver de nuit à Ha Giang, vannés, le dos tétanisé, le cul en compote !


Boucle de 2 jours à la frontière de la Chine
La tête dans les nuages

Magré tout mais après une bonne nuit dans un bel hotel aux draps blancs, nous repartons pour, parait-il, les plus beaux paysages du Nord. La matinée a commencé avec une épreuve de "Pékin express" dans les rues de Ha Giang pour trouver et obtenir le permis d'accés à cette région. Contrairement à ce qui est écrit dans le Lonely Planet, le bureau d'immigration est très sympa et nous le fait immédiatement contre 420 000 dong (70 000dg /jr/pers).
La route est belle, sinueuse évidemment, et prend de l'altitude jusqu'au col de Quan Ba, caché dans les nuages, la brume avec une pluie fine nous accompagne. Dommage, pas de vue, seulement nos ponchos colorés, il faut malgré tout continuer. L'arrivée sur la ville de Tam Son est spectaculaire, nous avons juste le temps de l'apercevoir dans une éclaircie. Plus loin, à Yen Minh nous arrêterons notre chemin après 100km environ sous un temps pluvieux et froid, en espérant qu'il fera meilleur demain.

yeh

Sage décision, le lendemain, debout dés 6h30, le ciel a l'air de se dégager. Après mainte hésitation et une conversation avec un Belge autour d'un Pho (soupe), le petit déjeuner local. Nous faisons le pari qu'il n'y aura pas d'orage (comme vu sur les prévisions météo). Nous prenons la route, l'esprit aventurier et surtout dans l'espoir de voir ces plus beaux paysages.

Comment dire ... C'est carrément fou, inimaginable !
D'abord la route est bonne, après quelques larges virages au pied de la vallée qui longe la rivière, s'enchainent plein de petits virages parfaits en moto. Puis en prenant de l'altitude et en franchissant un col, nous entrons dans un paysage lunaire, fait de rochers noirs, ils semblent carbonisés. De ça, de là, nous croisons des habitants en habit noir eux aussi. Leur petite maison est cernée d'une grosse enceinte en pierre qui sert d'enclos. Beaucoup d'élevages et de culture en espaliers, et aussi de nombreuses ruches le long de la route. Les sommets sont encore dans les nuages, ce qui ajoute mystère et austérité au décor.
La pause à Meo Vac autour d'un café bien chaud est appréciée. Il fait quand même froid, nous devons être 1200m d'altitude environ.
Nous ne sommes qu'à quelques kilomètres de la frontière chinoise. Le paysage change de nouveau jusqu'à Dong Van, qui est devenu zone protégée par l'Unesco. La route à flancs de montagne est bordée de Pins (et oui !), face à nous d'immenses pics couverts de végétation et à leurs pieds des petits rectangles de rizières bien dessinés. Fabuleux ! Nous pouvons dire "nous l'avons fait !", nous n'avons rien lâché et ça valait la peine. En chemin, les rencontres avec les villageois se multiplient, ils sont très curieux de nous voir, et ils ne nous fuient pas quand on s'arrête. Alors commence un dialogue de sourds, nous en mi fran-glais, eux en vietnamien ou encore mieux dans leur dialecte, qui sait ?

Notre route se prolonge finalement jusqu'à Ha Giang, au total cette journée ne comptabilise pas moins de 200 km de routes de montagne. Nous nous félicitons de tant d'endurance.



Fin de l'aventure en moto
7 jours-1050 km

Il pleut depuis ce matin. Remis de nos kilomètres grâce à une bonne nuit de sommeil dans le même hôtel qu'a notre premier passage, nous décidons de "rentrer". Il reste à rejoindre la ville de Lao Cai (153 km vers l’ouest) pour prendre le train de nuit, version couchette, et surtout mettre les motos dedans jusqu'à Hanoï.
On s'équipe de magnifiques ponchos spécial motobike pour l'occasion. Ils serviront toute la journée sous la pluie battante. L
a route est dégagée, plus de chiens, de cochons, de poules au milieu de la route. il faudra encore traverser des villages, prendre des routes de terre rouge défoncées, éviter les trous d'eau, jusqu'à la gare. Il reste encore les enfants qui rentrent de l'école, à pied ou sur leur bicyclette trop grande. Nous arriverons juste à temps pour le train de nuit de 18h50, les pieds et les mains tous fripés comme si nous étions restés trop longtemps dans le bain.

Voir l'album photos

@copyright noscapsaventures All rights reserved 2017
Retourner au contenu | Retourner au menu