noscapsaventures.com

Aller au contenu

Menu principal :

Récits > TRANSSIBERIEN



"Tout Semble Impossible
À Ceux Qui N'Ont Jamais Rien Essayé"

JEAN-LOUIS ETIENNE, MEDECIN ET EXPLORATEUR

PREMIERE ETAPE DANS LE TRANSSIBERIEN
Moscou - Irkoutsk

Enfin minuit, l'heure où notre carrosse va se transformer en train transsibérien ! Le panneau d'affichage annonce le quai 3 une demi-heure avant le départ. Il était temps que l'on quitte l'immense salle d'attente, 2 bandes de mecs trop alcoolisés commencent à parler fort et à se bousculer. Les autres passagers regardent d'un air navré sans intervenir. Et d’un coup, je me dis "et s'ils étaient dans notre wagon ? Dans notre compartiment !" car nous prenons le dernier train en partance avant le lendemain matin.
C'est un peu surexcités que nous découvrons enfin nos couchettes, puis nos voisins. Ouf, rassurés, le train est impeccable, il a l'air très récent (une prise électrique par pers) et nous sommes en bonne compagnie. Une dame la 60ene Sveltena plutôt classe, elle bouquine des livres religieux et dort le plus souvent du temps ; un jeune homme tête rasée barbe brune, discret, il s’appelle Yvan, il reste perché dans sa couchette du haut ; et côté couloir une belle blonde Katia de 50 ans bon chic bon genre avec un enfant timide.
Nous faisons nos lits : dérouler le matelas et mettre les draps, la housse de l'oreiller et la couverture. Chacun son tour, obligé, trop petit pour tous s'agiter en même temps. Ça nous permet d'observer leur technique pour faire pareil. On sent qu'ils ont l'habitude. On s'organise, on sort les affaires nécessaires pour les ranger à portée de main. Tout doit être bien à sa place. Et au final, nous nous approprions notre espace vital. Nous voilà chez nous sur 2m² !
Et oui, on ne vous a pas dit, nous avons choisi de voyager au plus proche du peuple russe, en 3ème classe, c'est à dire un wagon organisé en grand dortoir reparti en plusieurs compartiments de 4 personnes, ouverts sur le  couloir avec également 2 personnes l’une au-dessus de l’autre dans ce couloir. L’espace est optimisé ! La promiscuité est inévitable. Au total 54 personnes.
Enfin, il doit faire 1 degré sur le quai et nous attendons devant le wagon #15 que la provodnitsa vérifie notre billet et notre passeport pour entrer. Elle va s'occuper de notre wagon pendant les 4 jours.
Ah oui, ça aussi, vous ne savez pas ! C'est parti pour 4 nuits 4 jours non-stop, 5 185 km de Moscou à Irkoutsk, à côté du lac Baïkal. Nous avons réservé 2 couchettes l'une au-dessus de l'autre et nous avons fait des provisions car les repas ne sont pas fournis, il y a seulement un samovar qui fournit l'eau bouillante à volonté.

Bien installés, la première nuit est une bonne surprise, nous sommes bercés par les mouvements du train et finalement c'est plutôt calme. Je me sens comme dans un cocon.
1erJOUR
Le matin chacun se réveil à son rythme, certain jusqu'à midi. Et puis la journée passe doucement, petit dej, toilette de chat dans le lavabo des wc, ça redort ça lit, ça mange, ça redort, ça grignote, ça bavarde un peu, ça redort encore !
15:00 Stop à la gare de Gostovskaya
16:00 Attention levez les pieds et ramassez vos chaussures, la provodnitsa passe la serpillière !
16:30 La nuit tombe
18:20 Stop à la gare de Kirov 20mn, 1 degré, autorisation de sortie pour qq courses dans la gare. On a acheté du lait de l'eau et du jus d'orange. On avait pris dans le train 2 croissants à la viande pour le soir.
20:30 Nous dînons. La lumière générale s'éteint 15mn après ; Nous regardons 1 film sur l'ordi, tout le monde dort déjà dans le wagon.

2ème JOUR
Au petit matin, nous franchissons sans le savoir la frontière virtuelle Europe /Asie

10:30 (heure locale) on se réveille de +en +tard, mais le train est resté à l'heure de Moscou soit 2h de moins (8:30). Luc ne bouge toujours pas sur sa couchette du haut. Il est tranquille.
Le paysage défile, beaucoup de forêts de bouleau et de pin. Les maisons sont en bois noir avec les encadrements de fenêtres de couleur. Mais ça n'arrive pas à rendre le ciel gris moins pesant.
Quel changement après toutes les richesses et le faste que nous avons vu en ville.
11:10 Stop gare de Lekaterinbourg pour 45mn, 1 656 km de Moscou. On sort enfin prendre un peu d'air frais, il est toujours annoncé 4 degrés, de rares flocons de neige virevoltent au vent. On fait le tour de la place, le temps de prendre une photo de la statue et de la gare monumentale.
Ville au pied de l’Oural, où la famille Roumanov a été assassinée, ville de Boris Eltsin, ville de la ruée vers l'or, de la mafia des années 90. Les visiteurs y étaient interdits car industrie armement s’était développée. Maintenant c’est une ville prospère et indépendante.
De nombreux passagers sont descendus dans la nuit et encore plus à cette gare. On a l'impression d'avoir +de place mais ça ne va pas durer. Nous avons toute une troupe de jeunes recrues de l'armée qui investissement les places restantes.
Le paysage ne varie pas beaucoup. On passe de larges fleuves. Toujours ces forêts de bouleaux au tronc blanc avec qq pins verts foncés. Et ces modestes maisons en bois au toit cassé certainement contre la neige.
17:46 Stop gare de Tioumen pour 20mn, 1 357 km de Moscou Nous sommes en Si-bé-rie !
Une passerelle permet de faire des photos et un technicien vérifie les freins des wagon en tapant dessus avec une barre en fer, le son émis lui indique si c'est dévissé ou pas. C'est l'accordeur du train !
Soit disant qu'il fait toujours 4 degrés dehors. On dirait bien moins...
La nuit est tombée pendant ce temps-là. Notre voisin Ivan prend déjà son dîner. Une odeur de pâtée se diffuse juste sous notre nez....
Légende photos : chacun bricole à sa manière, il y a les pro du samovar et les pro du marteau !

3 ème JOUR
+3H sur Moscou.
09:50 Les jeunes soldats dorment tous.
11:30 Stop à la gare de la ville de Novossibirk pour 1h, capitale de la Sibérie. La gare est monumentale et dehors le froid nous pique. Le temps d'acheter un peu de viande fumée, du lait, des ships et une bière. Ce sera apéro à midi pour fêter ça.
Sveltena nous a quittés ici en nous laissant un gros bloc de fromage et 2 tomates. Avec tout ça, nous ne manquerons de rien.
Après cette bonne bouffée d'air frais, le retour dans le wagon pique le nez. On voudrait ouvrir les fenêtres, aérer tout ça et secouer les draps ! Mais non, niet ! Le nez se réhabitue très vite aux odeurs mélangées d’hommes et de cuisine.
15:00 Le train enjambe le fleuve Tom, on est à 3 495 km de Moscou.
16:10 Passage de la police dans le wagon. A la vue de notre cannette de bière, on se fait réprimander ! En Russe "Pas d'alcool dans le train !" La bonne blague, 33cl à 2, quand je repense aux mecs complètement bourrés qui sont montés et tous ceux à l'haleine alcoolisée avec leur fausse bouteille de soda. Bref, heureusement on ne nous a pas condamnés au goulag !
18:30 Stop à la gare de Mariinsk pour 20mn, 3 709 km de Moscou, ça fait 63h que nous sommes dans le train
Dima a pris la place de Sveltena, il parle le b.A. ba de l'anglais c'est déjà pas mal. Yvan est toujours là lui aussi ! Il rentre voir sa famille, il travaille dans une compagnie de gaz en bord de mer. Il traverse la moitié du pays pour voir sa famille. Du coup, je réalise que s'il a déjà 4 jours de trajet, j'espère qu'il n'a pas qu'une semaine de vacances ! Ni une ni deux, appli traducteur Google : « tu as combien de jours de vacances ? » Réponse : 1 mois. Je suis rassurée pour lui.
22:20 Extinction des feux, les jeunes râlent un peu et continuent leur conversation.
4ème JOUR
+ 4h Moscou
Nous avons perdu le fil, nous ne savons pas trop quand les heures ont fait un bon en avant .... difficile de garder une chronologie.
00:40 Stop à la gare de Krasnoïarsk jusqu’à 1:15. C’est une grosse ville.
Yvan et Dima descendent là. Nous nous saluons chaleureusement, on s’était attaché. On espérait avoir la zone pour nous seul.... Environ 10mn seulement. Puis arriva un russe qui a l'air bien fatigué ! Puis un autre sur la couchette du haut …. Notre compartiment est de nouveau complet !
Beaucoup de changements pendant la nuit. Moi sur la couchette du haut j’ai bien dormi, Luc en bas beaucoup moins bien. C'est toujours un peu difficile de changer de voisins et de s'habituer à la présence de nouveau.
A la sortie de la ville, le train passe un pont de 1km au-dessus du Ienisseï, il sert de frontière entre la Sibérie occidentale, et la Sibérie orientale … nous nous enfonçons toujours plus loin de chez nous !

10 :30 Le train passe devant la petite ville de Zanzor faite de plein de petites maisons en bois. Cette fois, c'est sur il fait en dessous de zéro, les flaques d'eau sont gelées. 4 600 km de Moscou 77h dans le train
+5h de décalage horaire avec Moscou. Le plus difficile c'est de se caler alors qu'on a peu de choses à faire, dormir est très tentant.
16:00 Stop à la gare de Zima, il fait soleil et le ciel est bleu. Ça fait vraiment plaisir de voir que c’est possible en Sibérie d’avoir aussi beau temps même si les températures restent basses. C’est bizarre car Zima veut dire « hiver » et c’était un lieu de déportation. Comme quoi, rien n’est immuable.
Après 87h passé dans le train, PREMIERE ESCALE à Irkoutsk
Tout le monde descend !
Nous quittons temporairement le train pour quelques jours en Sibérie et s’approcher du lac Baïkal.

DECOUVREZ EN 11 MINUTES NOTRE VIE DANS CE TRAIN !


COMMENT AMELIORER L'ORDINAIRE
Traditionnel bolino, à la purée ou aux pâtes. Découper du fromage dedans, il fond tellement c'est brulant.
- Ajouter des morceaux de pain dans le bouillon restant et rajouter encore des morceaux de fromage, ça rappelle une bonne gratinée !
- Améliorer la purée avec qq tranches de saucisson pour avoir un vrai goût de viande
- Acheter en ville des pommes, oranges, des tomates, des gros cornichons (goût de concombre) des bananes, ça fait toujours plaisir. Dans certaines gares c'est possible d'en trouver, ainsi que du lait, du yaourt, de la mayo, des sandwichs, des chaussons fourrés etc. J’aime bien les mini chaussons fourrés au fromage gout cheese cake.
La provodnista vous donne le temps d'arrêt en gare, s'il y a 20mn il y a des chances qu'il y ait des magasins pour qq emplettes.
L'eau du samovar est brûlante, pour améliorer le café, la Ricoré ou le thé et tempérer la température de votre boisson, ajouter du lait acheté en brique (et vidé dans une bouteille d'eau en plastique pour faciliter le transport.)
MATERIEL :
Une tasse
Un thermos c'est bien pratique
Des couverts de camping
Un petit torchon qui servira de nappe d'appoint pour faire comme les russes ! Ça nous a manqué.
Des sachets zippés de congélation pour stocker et transporter les aliments

L'Album photos étape 1: Sachez que de nombreuses photos sont prises à travers la fenetre sale du train en mouvement, mais nous avons opté pour vous les montrer quand-même pour vous donner une idée du paysage et que ces souvenirs restent figés sur le site malgré tout.

BlogNoscaps Tanssibérien 1 : Laissez vos commentaires

Aucun commentaire



En Sibérie, l'hiver dure douze mois. Le reste c'est l'été.



@copyright noscapsaventures All rights reserved 2019
Retourner au contenu | Retourner au menu